Mon monde tel que je le vois

Mon monde tel que je le vois, tel que je le vois ce beau 25 février 2021, à une belle heure, ce matin, oui, ce monde me plait. Je reconnais bien volontiers que la souffrance perçue, la souffrance vécue, la souffrance ressentie est en croissance permanente. Mais ici, dans ce minuscule have de paix, je sais fort bien que je suis heureux de voir mon épouse heureuse. Et pourquoi la vieille épouse, la vieille vieille épouse (et j’ai la chance de disposer d’un système automatique qui me dit qu’il y a une répétition de vieille, alors je répète, ma vieille, vieille épouse est là, enfin, elle était là, et elle sort de l’endroit où nous sommes, une modeste maison sis dans une rue dont ne nom évoque pour moi–même, du plaisir, la jeunesse, une époque merveilleuse entre l’âge de 4 ans et de 8 ans dans une ville où j’ai vécue, avec mon frère aîné et mes deux soeurs, avec ma mère, et où j’ai encore un très faible souvenir de ma grand-mère.

Il suffit que j’ai un souvenir, et je sais que c’est un souvenir heureux. Mais je ne dirais jamais que les souvenirs heureux sont suépreiurs au bonheur que je vais acquérir tout au long de cette journée.

Bernadette va venir déjeuner. Elle est partie travailler.

Bernadette travaille, et elle n’a pas encore atteint l’âge de la retraite.

Bernadette est de la classe 56, et moi je suis de la classe 52.

Le matin, comme beaucoup de vieux couples constitués d’un homme et d’une femme, des couples qui peuvent encore se trouver dans certains emplacements du monde, l’un ou l’une s’enquiert de la nuit passée. L’avantage d’un vieux vieux couple, c’est qu’il n’a plus à faire de prouesses d’ordre sexuel au lit. Les enfants ont été fabriqués.

Et ce sont les enfants devenus adultes qui fariquent des bébés, non pas à la chaîne, mais de façon artisanale. Je comprends que certaints sachants et certains savants se désolent de voir que les progrès techniques ne permettent pas de fabriquer des bébés qui atteindront à l’âge adulte 20 à 30 centimètrres et d’autres qui pourraient atteintre quelques diezaines de mètres. Il serait heureux pour l’humanités de fabriquer des hommes médicaments fournisseurs de pièces détachées. Tout existe dans la pesée de l’homme et Adolf Hitler, que j’aurais eu palisir à rencontre et que j’aurais déjà remercié de ne pas avoir fait pendre un colonel, devenu général, mais simplement de l’avoir affamé. Et d’ailleurs, tout cela, que nous pouvons dépeindre sous la forme d’june fiction ou sous la forme d’un compte rendu le plus exact possible, comme un hiuissier, tout cela ne peut faire que rire, rire et encore rire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s