Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens pour l’aide à domicile sur le territoire du département de l’Essonne

Textes de référence :

Traité sur le fonctionnement de l'Europe, article 14 :
https://fr.wikisource.org/wiki/Trait%C3%A9_sur_le_fonctionnement_de_l%E2%80%99Union_europ%C3%A9enne#Article_14

Article 106 :
https://fr.wikisource.org/wiki/Trait%C3%A9_sur_le_fonctionnement_de_l%E2%80%99Union_europ%C3%A9enne#Article_106

https://fra.europa.eu/fr/eu-charter/article/36-acces-aux-services-dinteret-economique-general

Mon monde tel que je le vois

Mon monde tel que je le vois, tel que je le vois ce beau 25 février 2021, à une belle heure, ce matin, oui, ce monde me plait. Je reconnais bien volontiers que la souffrance perçue, la souffrance vécue, la souffrance ressentie est en croissance permanente. Mais ici, dans ce minuscule have de paix, je sais fort bien que je suis heureux de voir mon épouse heureuse. Et pourquoi la vieille épouse, la vieille vieille épouse (et j’ai la chance de disposer d’un système automatique qui me dit qu’il y a une répétition de vieille, alors je répète, ma vieille, vieille épouse est là, enfin, elle était là, et elle sort de l’endroit où nous sommes, une modeste maison sis dans une rue dont ne nom évoque pour moi–même, du plaisir, la jeunesse, une époque merveilleuse entre l’âge de 4 ans et de 8 ans dans une ville où j’ai vécue, avec mon frère aîné et mes deux soeurs, avec ma mère, et où j’ai encore un très faible souvenir de ma grand-mère.

Il suffit que j’ai un souvenir, et je sais que c’est un souvenir heureux. Mais je ne dirais jamais que les souvenirs heureux sont suépreiurs au bonheur que je vais acquérir tout au long de cette journée.

Bernadette va venir déjeuner. Elle est partie travailler.

Bernadette travaille, et elle n’a pas encore atteint l’âge de la retraite.

Bernadette est de la classe 56, et moi je suis de la classe 52.

Le matin, comme beaucoup de vieux couples constitués d’un homme et d’une femme, des couples qui peuvent encore se trouver dans certains emplacements du monde, l’un ou l’une s’enquiert de la nuit passée. L’avantage d’un vieux vieux couple, c’est qu’il n’a plus à faire de prouesses d’ordre sexuel au lit. Les enfants ont été fabriqués.

Et ce sont les enfants devenus adultes qui fariquent des bébés, non pas à la chaîne, mais de façon artisanale. Je comprends que certaints sachants et certains savants se désolent de voir que les progrès techniques ne permettent pas de fabriquer des bébés qui atteindront à l’âge adulte 20 à 30 centimètrres et d’autres qui pourraient atteintre quelques diezaines de mètres. Il serait heureux pour l’humanités de fabriquer des hommes médicaments fournisseurs de pièces détachées. Tout existe dans la pesée de l’homme et Adolf Hitler, que j’aurais eu palisir à rencontre et que j’aurais déjà remercié de ne pas avoir fait pendre un colonel, devenu général, mais simplement de l’avoir affamé. Et d’ailleurs, tout cela, que nous pouvons dépeindre sous la forme d’june fiction ou sous la forme d’un compte rendu le plus exact possible, comme un hiuissier, tout cela ne peut faire que rire, rire et encore rire !

Lundi 8 février 2021

Journal au jour le jour
Lundi février 2021
Ferme du Moulin
Thonne les Prés
Meuse
France
Europe
Monde

Voilà.
Et j’oublie l’heure.
Alors, je répare instantanément cet oubli. Au 3ᵉ top, il sera exactement 8 heures et 37 minutes.
C’est tôt.
C’est tôt ?
Bon, je vais un petit peu à droite, tout en bas de l’écran. Et là, en bas de mon écran, il y a un axe. Mais le plus simple serait, bien sûr, de faire une photographie.
Ou peut-être, enfin, de façon absolument certaine, absolument certaine, je vais sauvegarder ce texte, et je vais le sauvegarder exactement à 8 heures et 40 minutes.

Voilà, cette première version est enregistrée sur le disque dur de cet ordinateur.
Et le texte est sauvegardé sous cette appellation :
2021-02-08 jaj le j version 8 heures et 42 minutes
Maintenant, j’ai éliminé le gras, j’ai éliminé le souligné. Je m’amuse, je m’amuse, je m’amuse. Il est certain que je m’amuse. Je m’amuse, et certains peuvent dire :
« Mais ce con, il s’amuse tout seul ! »
Tout le monde a le droit, je pense, de dire :
« Mais ce con, il s’amuse tout seul ! »
Tout cela me va. Car en fait, je dispose de certitudes absolument écrasantes. Cette certitude est que ma connerie, ma stupidité, mon égoïsme, ma crétinerie, mon orgueil et ma méchanceté, mon sadisme et ma tendance au masochisme, mon impertinence et ma lâcheté, mes mensonges et mes vérités, tout cela m’appartient.
Aujourd’hui je suis heureux, car très simplement au sud de Virton…
Au sud de Virton
Wallonie
Belgique
Mais surtout pas les Flandres
Europe
Monde
Il neige !
Et il neige, il va falloir que je trouve à l’instant une somptueuse police de caractères pour exprimer ma joie au sud de Virton, Wallonie, Belgique, Europe, Monde…

Oui, il neige, et c’est absolument magnifique. Je suis là, bien au chaud en Europe, dans cette petite partie de l’Europe de l’Ouest qui est une partie un peu plus grande de ce continent, et oui, cela apparait de plus en plus clair, cela n’est pas ma génération qui pourra voyager au delà de cette galaxie. Je ne vois pas arriver, tant que je serai en vie, la possibilité de voyager au-delà de notre système solaire. J’ai lu pourtant de nombreuses œuvres sorties de l’imagination de Jules Verne. Les livres, j’en ai beaucoup lu et relu. Je m’aperçois, à la relecture de certains livres, que je n’y comprenais pas grand-chose. Aujourd’hui, à mon âge, et étant désormais absolument bien déterminé à) l’endroit où sera ma dernière demeure…Je ne peux que profiter !

Premier texte de cette nouvelle année 2021

Premier texte de cette nouvelle année 2021

Oui, c’est le premier texte et nous sommes lundi 4 janvier 2021 et je suis de nouveau dans une zone civilisée avec un raccordement internet à haut débit, le débit ne peut pas être plus haut, je suis à très courte distance d’une des capitales du monde depuis environ deux mille ans.

Oui, c’est le premier texte et nous sommes lundi 4 janvier 2021 et je suis de nouveau dans une zone civilisée avec un raccordement internet à haut débit, le débit ne peut pas être plus haut, je suis à très courte distance d’une des capitales du monde depuis environ deux mille ans.

Est-ce que la forme rétroagit bien sur le fond ? Est-ce que cette théorie que j’ai entendue il y a une trentaine d’années d’un collègue et ami d’une entreprise qui a loupé sa véritable mondialisation, mais cependant qui existe encore, non, à vrai dire, je n’en sais rien à ce moment précis, lundi 4 janvier 2021 exactement à 8 heures et 41 minutes.

Pour le savoir véritablement, il me semble que je mette ce sujet, mais il y en a tant d’autres, en débat.
Mais avec qui réaliser ce débat ? Avec qui commencer à en discuter ?
Les partenaires pour un échange ne manquent guère. Mais je ne souhaite pas enseigner, je ne souhaite pas professer et surtout, je ne veux plus être enseigné.
Il faut un trésor d’amitié, une amitié qui date de 1963 au collège dépendant du lycée Buffon, et à une époque où je sais fort bien que Pascal, que nous ne connaissions pas encore, Philippe, avec qui la relation perdure, aucun de nous ne pouvait être valablement comparé avec les cinq martyres du lycée Buffon, à Paris, 15ᵉ arrondissement.

Vu par l’employeur

Vu par l’employeur

Vu par l’employeur, la démarche d’une personne généralement formée par un système de formation coûteux et qui est surtout un des plus couteux et cependant généreux au monde, le premier contact possible avec l’employeur, qui est le contact mécanique avec une boîte vocale est un désastre. Il est utile de noter que ce qui est le plus souhaité par une personne formée et jeune, quel que soit l’endroit où cette personne peut se situer, et une fois de plus, das les pays les plus protecteurs du monde, les plus généreux du monde.

Je ne devrais cependant pas dire le monde.

Je ne peux parler que de cette partie du monde où je suis.

J’ai recruté au Liban, en Jordanie, au Sénégal, enfin, il faudrait être plus précis, j’ai recruté des personnes de différentes nationalités pour effectuer des travaux, faire partie d’équipes un peu partout dans les zones où j’ai eu à œuvrer. Parfois, j’étais la personne clef du dispositif de recrutement, parfois, j’étais un simple contributeur dans un processus de recrutement plus large. Lorsque nous participons à des choix dans des structures de coopération multilatérales, il faut aboutir à des consensus.

Je n’ai jamais recruté en Asie. Je n’ai jamais recruté en Amérique du Sud ou bien en Océanie.

Je dois reconnaître simplement que je ne dois pas être pédagogue. Il est peut-être utile de penser que lorsqu’on est l’émetteur d’informations, nous pouvons fort bien ne pas être compris. Il me semble qu’il y a un grand bruit externe, qui fait que discerner la petite musique qui permet de mettre la personne sur la bonne voie, cela n’est pas facile à percevoir dans ce bruit immense qui est le bruit que je constate en cette fin d’année 2020. Est-ce que le bruit ambiant de mardi 22 décembre 2020 et le bruit de ce futur début d’année 2021 peuvent se comparer ? Aujourd’hui, je n’en sais rien. Je vais être je pense une des pièces maîtresse d’un processus de clarification et donc de diminution de bruit, et à vrai dire, c’est un grand bonheur pour moi car il va me donner l’occasion d’une collaboration avec des personnes qui ne sont pas actuellement en situation de travail, travail de réflexion avec moi–m^me. Il est assez clair que dès lors que nous partageons un bon niveau de connaissances dans un groupe, il est facile de communiquer et de s’instruire. Mais que de travail !

Il y a des personnes passerelles, nous le savons. Il y a des personnes qui peuvent donner accès à des mondes étrangers pour l’un, et parfaitement familiers pour les personnes du groupe.

J’ai accès par une intermédiaire au monde de la Formule 1 suivant la firme Renault. Mais il faut reconnaître que Renault pour le moment nous pose question. Par ailleurs, le monde de la compétition automobile est un monde parfaitement étranger. Alors, je ne vais peut-être rien faire en direction de ce monde.

Prendre quelqu’un par la main

Prendre quelqu’un par la main, dans le sens de l’aider, et bien sûr de ne rien demander en échange. Aider quelqu’un à avancer sur un chemin qui est le sien et qui ne doit pas se confondre avec le vôtre. C’est une assez belle question. Je suis favorable aux relations longues et je suis favorable à la vérité. La vérité, nous le savons et des personnes plus talentueuses ou plus travailleuses ou tout simplement plus douées que nous essaient ou bien ont essayé de nous le faire comprendre. Seulement, à ce jour, qui est un jour dé début de semaine, puisque c’est un lundi, le lundi d’une fin de mois qui n’est pas le dernier lundi du dernier mois de cette année qui est composée de deux chiffres, de deux chiffres qui sont le m^me chiffre compsé de deux chiffres :

0

et puis

2

0 et 2

0 et 2, deux et zéro, et je sais combien des personnes vont dire que c’est une année à oublier le plus rapidement possible, que cela a été une mauvaise année. Année 2020, donc tout le monde aura bien compris, là encore, si la lecture s’est faite ligne après ligne.

Simplement, aujourd’hui, cela n’est plus le cas, et nous pouvons avoir le sentiment de l’égarement d’une majorité des personnes qui peuvent être proches de nous.

Aujourd’hui, nous sommes reliés techniquement les uns aux autres et j’ai un lien avec des personnes qui sont un peu partout sur notre terre, principalement dans l’hémisphère nord.

Le lien qui est le mien avec d’autres (altérité) est essentiellement réalisé avec des personnes qui font partie d’un groupe restreint, essentiellement les personnes qui s’expriment en langue française telle qu’elle est pratiquée depuis environ deux siècles. Je n’ai pas de lien avec des auteurs ayant écrit en vieux François. Nous pouvons bien lire, aujourd’hui en France, des personnes qui ont écrit au cours de la révolution. Danton et Robespierre, Saint-Juste et Louis XVI ont écrit, tout cela a été précieusement sauvegardé par des institutions savantes.

Il est maintenant 10 heures et 22 minutes et nous sommes lundi 21 décembre 2020. J’ai tenu absolument à signer une sorte de contrat avec une collectivité territoriale de la région parisienne, le conseil départemental de l’Essonne avant la fin de l’année et j’y vais dan quelques instants. C’est une affaire importante pour moi, à mon niveau.

Je vais m’engager dans un projet pour au moins 18 mois, que je trouve ambitieux et actuel.

Dimanche 20 décembre 2020

Avertissement permanent : toute personne à la recherche d’un objectif immédiat…

Doit immédiatement ou sortir, ou survoler, récupérer un mot tous les 10 000 mots, récupérer éventuellement une idée mais construire à l’instant même sa propre idée en toute liberté.

J’aide actuellement une personne que je connais depuis de nombreuses années en lui posant des questions sur un projet qui va dans le sens de construire un système informatique et managérial qui va s’inscrire dans une prochaine campagne électorale.

Dans mon idée, qui n’est point à pour triompher, il convient d’aller en priorité du côté des futurs perdants, tout en sachant que si on aide le perdant futur, cela n’a pas d’importance et que le perdant gagne à perdre, ou plutôt, mieux dit, le perdant va perdre sur un plan et gagner sur un autre plan. Je pense systématiser une idée qui n’est pas la mienne et qui est assez simple : Dans certains groupes de grande taille et qui ont acquis une dimension mondiale et ceci dans plusieurs domaines, toute décision peut être prise et est susceptible de faire perdre une filiale ou bien une structure partenaire. Il y aura cependant un gain. C’est une assertion rassurante qui permet de dire que dans certains ensembles qui ont acquis une stature mondiale, des pertes instantanées n’ont pas de signification. Nous pouvons cependant observer des chutes rapides de groupes mondiaux. Pour mieux comprendre, il est excellent de construire une frontière et de mparler, par exemple, de sous région.

IL est également fondamental de tout remettre dans une perspective historique, et surtout là de s’abstenir de réécrire une histoire beaucoup mieux cernée par des historiens professionnels, comme nous en connaissons. Il convient surtout de ne pas se substituer à l’un ou l’autre de nous devenu excellent dans son domaine, et cela, il faut le dire, en raison d’un travail acharné.

Nous sommes parfois, nous les êtres humains nous déplaçant dans toutes les zones du monde, sanctionnés par des machines.

Enfin, nous estimons être sanctionné par une mécanique sur laquelle nous n’avons pas de pouvoir, pas d’influence.

Nous estimons parfois ne pas avoir une liberté, ou bien, nous estimons, ou plutôt et il me semble mieux écrit, mieux pensé encore… de dire que certains de nous peuvent estimer connaître une restriction dans leurs libertés.

Nous pouvons, en début de journée dresser une liste manuscrite ou bien écrite de ce que nous nous disons que nous pouvons faire, avec des idées comme, voici ce que je pourrais faire, mais si je ne le fais pas, ceci ne sera pas vraiment grave, cela n’aura pas une incidence sur ce qui est le plus important pour les êtres humains et qui se résume à conserver sa vie en bonne santé le plus longtemps possible et ne pas tomber, en excès de cette réflexion dans une forme d’acharnement thérapeutique. Alors, voici une liste que je vais pouvoir actualiser

  • Sortir la terre de la voiture
  • Continuer ses écritures de la matinée
  • Choisir la forme, les paramètres de diffusion de la pensée du jour
  • Sortir ou ne pas sortir, ouvrir une porte ou bien la laisser fermée
  • Lire, écrire ou bien compter
  • Penser à l’organisation des journées futures
  • Choisir une plateforme pour son écriture du jour
  • Disposer d’une image, de la reproduction d’une œuvre d’art et réaliser une autre œuvre d’art
  • Couper avec des ciseaux les cheveux de mon épouse, car j’ai une épouse, et ce n’est pas un compagnon, ce n’est pas une femme occasionnelle, et ce n’est pas un animal de compagnie. Cela ne me dérangerait pas du tout d’être considéré comme l’animal de compagnie de mon épouse, sauf que je ne ronronne guère. Je ronfle. Et il semble que cela rassure mon épouse d’avoir un être ronflant (et puant) à côté d’elle. Les hommes puent, les femmes puent, et cela, nos fidèles compagnons, ces loups que nous avons transformés en chien nous le font bien sentir, en se rapprochant de nous : la puanteur des hommes convient à la perfection à ces loups transformés en jouets vivants dont le poids varie de 600 grammes et qui tiennent dans la main et plus d’une centaine de kilogrammes, qui se déplacent à des vitesses de quelques kilomètres à l’heure jusqu’à une vitesse de pointe de plus de 60 kilomètres à l’heure, sans égaler la vitesse instantanée du jaguar qui est de l’ordre de 120 kilomètres à l’heure. L’être humain, avec sa capacité à courir le 100 mètres en moins de 10 secondes, c’est-à-dire 10 mètres à la seconde, cela fait 36 kilomètres à l’heure se fera distancer par le loup et également la plupart des chiens.
  • … et je vais laisser cette ligne avec ces trois petits points pour une description, ou plutôt mentionner une tâche

À cet instant, je laisse la liste. À cet instant qui est 9 heures et 20 minutes ce beau dimanche, et je ne vois pas de raison de dire que ce dimanche ne serait point beau, car je suis bien dans ce beau village où, pourtant, il y aura entre 150 et 200 personnes qui vont décéder de la COVID dans la république française, il y aura 15 à 20 personnes qui vont cesser de vivre dans le Royaume des Belges, dont 6 ou 7 wallons si proches de moi, puisqu’ils sont dans le cercle des êtres humains qui bénéficient d’une appartenance commune au monde de la francophonie.

Il y aura 1500 à 2500 américains ou personnes non américaines vivant sur le sol des états unis d’Amérique qui vont mourir aujourd’hui. Nous commençons à nous approcher d’un bilan 2020 car nous avons des bilans chiffrés, nous avons des structures qui ont des outils de plus en plus performants qui nous permettent de constituer des bases de données qui me stupéfient.

Une femme passe et je la vois grâce à mon seul œil, le bon œil, l’œil gauche, le droit ne voyant pas autrement que les contours, l’œil droit ne pouvant pas fixer et voir précisément. Mon handicap visuel s’est construit quelques mois après la naissance, donc en 1952 et il aurait fallu procéder à une stimulation au cours de l’année 1953.

Si cela n’avait pas été possible, sur cette zone frontalière où mes parents habitaient, entre France et Wallonie, il aurait fallu aller à Londres ou bien à Genève, ou bien à New York, ou bien, plus proche, à Paris.

Revenons à cette femme qui marche le long du muret que j’ai fait construire il y a quelques années

Il me semble que cette femme est partie pour aller au marché de notre ville de taille moyenne, le marché de centre-ville, dont je sais que la gestion va changer.

A l’instant, je vois passer une voisine, qui est à la retraite. Son époux est décédé il y a quelques années. Ma rue n(‘est pas une rue. Je me dis habiter Paris, mais je tiens à ne pas habiter Paris intramuros. Je me sens parisien cependant. Je me sens habitant dans le grand sud de la Wallonie, mais je me sens également tout à fait proche de cette femme actuellement veuve et dont je me dis qu’elle ne va pas se remarier, alors que, si elle le souhaite, un homme, ou bien une femme, si elle souhaite désormais vivre avec une femme peut partager ses jours. Il semble que cette femme est plutôt encline à vivre avec le souvenir de son conjoint.

À 10 heures et 44 minutes, maintenant que les cheveux de Bernadette ont été coupés, ce qui était assez important dans ce sous-groupe d’appartenance et de partage à durée limitée, mais cependant supérieur à 35 ans, je suis libre de vaquer aux occupations d’un autre sous-groupe d’appartenance et de partage à durée définitive qui est moi avec moi et le reste du monde qui est le mien, par le biais de ces outils que j’ai vu se développer tout au long de ma vie professionnelle et où, à chaque année, les gens comme moi, les gens de mon espèce ont changé les choses, bien sûr, chacun à sa place dans un opérateur de télécommunications ou chez un partenaire, sous-traitant, fournisseur.

Mon monde, c’est en premier lieu un monde de bâtisseurs avec le meilleur de la technique essentiellement béton, béton armé, plus rarement structures métalliques et ceci reste à faire. Il y a eu clairement le monde de ce qui était appelé l’informatique lourde ou centralisée. Il me semble qu’aujourd’hui avec 5000 mètres carrés de bâtiment adaptés à du stockage de données, nous avons quelque chose de bonne taille. Ce qui me parait intéressant, c’est de comparer des secteurs à croissance supérieure à 10% jusqu’à 30 ou 40 voire 50 pour cent. Mais aujourd’hui, je m’intéresse au plus haut point aux structures avec croissance faible, mais avec une probabilité de survie forte. Nous pouvons examiner dans chaque secteur dont nous allons définir la frontière et comparer les opérateurs mis sur un plan d’égalité.

C’est le jeu de la plate-forme : nous observons une multitude d’opérateurs, individuels ou collectifs, qui acceptent d’être mesurés et observés dans leurs pratiques managériales. Et depuis le dernier siècle, nous voyons bien une intégration mondiale. Sans doute la première intégration a été le trafic sur les mers.

Si la France Continentale a perdu la partie par rapports aux pays maritimes et si la culture d’origine anglo-saxonne a gagné la partie, sans doute au moment du règne de Louis XVI, 1770 ? 1780 ? Cela a un intérêt de savoir pourquoi.

Ce qui est devenu au fil du temps petit ou moyen a cependant la possibilité de vivre. Dès lors qu’il y a une assise géographique locale, une terre abritée dans des frontières reconnues et admises par les autres forces, le petit a droit de vivre. Le bizuth n’est pas tué.

Il reste toujours à expliquer, mais par d’autres que moi, il reste à écrire, car je n’ai encore rien trouvé comme facteur explicatif qui me paraisse éclatant de vérité cette histoire des descendants du peuple dit déicide par les tenants de la religion construite par Jésus-Christ. Le débat, le questionnement reste toujours là. Je donne à l’humanité encore quelques siècles pour trancher le débat résoudre la question, sachant que les mots que je suis en train de picorer dans ma bibliothèque de mots, je n’en suis guère content. Le dernier répliques de samedi 19 décembre 2020 et l’engagement dans une démarche de compréhension m’a rassuré. Cet échange téléphonique avec cette dame que j’aime beaucoup tombait absolument à pic ! Son prénom est Betty. Son nom appartient à son troisième époux, et donc, je ne le donne pas. Puisque ce n’est aps son nom, je ne peux pas au fond donner ce qui ne lui appartient pas véritablement. Il me semble qu’un jour nous, humanité, et non pas, nous, le roi, roi de France, car finalement, c’est satisfaisant de se dire que nous pouvons parler à la hauteur d’un homme parmi 8 milliards, car au fond, nous ne savons pas si bien compter que cela, et que j’espère pouvoir dire un jour, nous, 1 parmi 10 milliards et pour taquiner tous ceux qui effectivement ont une bien légère difficulté avec le C de LEC.

Ceux de mon âge qui pourrons se prévaloir dans un futur assez proche d’avoir une diminution de pouvoir démocratique en votant mondialement, ou en s’exprimant de façon indirecte dans le cadre du seul multilarisme qui compte :

Et il n’y en a évidemment qu’un seul :

être un, être unique parmi 10 milliards d’êtres humains, hommes femmes ou ni hommes ni femmes mais en tous les cas êtres humains destinés à l’égalité parfaite.

Ne demandons pas la fraternité. Cela a été une belle erreur des révolutionnaires si sanglants de 1789 à 1793.

C’est bien à chacun de nous de choisir librement ses frères et ses sœurs

Ce fabuleux monde des mots mondial me demande de sélectionner une image. Je pense prendre une image que j’ai réalisée au koweit.

je vais la chercher, là, à 11 heures et 14 minutes sur un disque dur blanc où est écrit de façon manuscite

KUWAIT

20/1/2019 à 25/01/2019

Ce séjour a été trop court en 2019. En 2018, il était trop long.

En 1975 cela n’était pas moi qui avais la possibilité du choix de la durée. Viré par la Schlum ! et aujourd’hui, j’en soupèse l’avantage que j’ai pu en tirer en matière de création de richesses immatérielles. En 2018, cela a été le retour, car je m’avoue rarement vaincu. J’ai la quasi certitude que j’y irais, en 2022 maintenant, un peu de temps avant les législatives 2022.

IL faudra voir l’ami Gérard. Auparavant, il faudra voir l’ami Clauden un voin dans le grand est.

Et si on allait chercher cette photo qui illustre, là, à 11 heures et 19 minutes ? Partons à la chasse d’une photographie qui ne put guère se défendre, enfermée sur ce disque dur.

C’est le beau dimanche 20 janvier 2019 et un homme marche à Kuwait City.

Et je suis certain que cet homme, mon strict égal dans ce pays que j’aime bien…

Aurait bien des choses à nous dire !

Mais je vois bien que cette photographie prise depuis la chambre ou plutôt l’appartement N° 54 de Flora Park à mon arrivée ne suffit pas

Encore une photographie, prise depuis la fenêtre du même appartement le même jour

Dans la série des photographies, je ne vois pas comment il me serait possible d’en avoir une au titre de l’année 2021. Pourtant, capter une image de la plus grande banalité est ce qui m’intéresse…au plus haut point. Elle illustre mon propos.

depuis la chambre 66 qui a des fenêtres plus étroites, toujours le dimanche 20 janvier 2019
Emblème national, fierté du Koweït

Ce n’est pas la peine d’en dire plus. C’est une belle création, majestueuse, mais cependant je trouve raisonnable et qui ne se situe pas dans le démesure que nous pouvons constater en Chine, en Malaisie ou dans d’autres entités voisines. Et pourtant, le Koweït a la liberté financière et peut se permettre de construire ce qu’il veut. Le mot qui me vient, après, est la RAISON;

Koweït, pays raisonnable

KODAK Digital Still Camera

Étude de protection cathodique

Avez-vous une expérience avec la protection cathodique pour un immeuble avec une structure en béton armé ?           

L’immeuble présente des épaufrures, qui ont été purgées, maintenant les armatures sont à nu à plusieurs endroits.   Le ravalement est à l’étude.   La protection cathodique est évoquée pour le ravalement en plus des revêtements classiques de protection.   Les soucis sont la carbonatation des bétons. Et la présence de chlorures qui justifierait la protection cathodique.  

Des épaufrures ici et là     

1/ Quelques photos sur des épaufrures en banlieue parisienne ouest 

Un immeuble avec une paroi orientée sud  Sur un morceau de paroi verticale en béton (exposition Sud)   C:\JL\LeBuiss_LeVes_Mantes\29-EAndre\photos-techniques_29EA\photos_facades-balcons_29EA\epaufrures_RPPecq\a_7rueSully_LeVesinet_red_DSCN5567.jpgEt la photo du même mur dans Google datée de juin 2018 (donc 1 an auparavant)    C:\JL\LeBuiss_LeVes_Mantes\29-EAndre\photos-techniques_29EA\photos_facades-balcons_29EA\epaufrures_RPPecq\ab_7rueSully_LeVesinet_Google.jpg on voit bien les parties déjà boursouflées sur le revêtement de de protection.     
Et l’immeuble pile de l’autre côté de la rue avec une longue enfilade de balcons orientés Sud et donnant sur un long parking de surface    L’entrée est au Nord et le côté Nord est peu atteint.  C’est le côté Sud qui est atteint.           C’est au niveau des balcons uniquement, car la paroi verticale est en pierre (pas de béton, pas d’armature de béton).   
C:\JL\LeBuiss_LeVes_Mantes\29-EAndre\photos-techniques_29EA\photos_facades-balcons_29EA\epaufrures_RPPecq\a_balcons-Sud_rue-circulaire_red_DSCN5572.jpg

2/ Et là aussi en en banlieue parisienne ouest    

Je n’ai pas de photos de la situation avant la reprise des épaufrures.            

Ci-joint 2 photos après la reprise des épaufrures respectivement pour les bat-A et bat- B    

C:\JL\Boulogne\Boul_facades_canas_etc\RCV_facades\photos_facades-epauffrures_etc\0_Boulogne_bat-A_DSCN3729.jpgC:\JL\Boulogne\Boul_facades_canas_etc\RCV_facades\photos_facades-epauffrures_etc\0_Boulogne_bat-B_2juin2017_DSCN3422.jpg

Dans les 2 cas ce sont des photos des parois Sud.          

Les éléments à purger sont situés exclusivement sur les parois orientées Sud.         

On repère les reprises qui ont été faites par les rectangles beaucoup plus clairs (quasiment blancs). 

Il n’y a pas de pb au RdC, quasiment pas de pb au 1er étage. Au 5ème étage bcp (quasiment tous les dessus de fenêtres) a été refait. Sur les étages intermédiaires, c’est un gradient de densité du nombre de reprises.       Cette analyse sommaire vaut pour les 2 bâtiments (A sur rue et B sur jardin).           Le soleil tape plus en haut (en tout cas en hivers) comme l’illustre la photo ci-jointe prise en février 2019 avec le soleil du matin  
On remarque par ailleurs que les balcons présentent bcp de reprises. En effet les voiles béton sont assez peu épais et donc les fers sont rapidement atteints par l’eau. 
C:\JL\Boulogne\Boul_facades_canas_etc\RCV_facades\photos_facades_22fev2019\a_Boulogne_22fev2019_tot-le-matin_DSCN5115.jpg

3/ Et l’immeuble dans le sud-ouest où la protection cathodique est envisagée. 

Quelques photos à titre illustratif                 

Le phénomène vu à côté du trottoir     

Le phénomène en sous-face du premier étage        C:\JL\Biarritz\photos_Biarritz\photos_Biarritz_epauffrures_28avr2019\photos_Biarritz_epauffrures_ailleurs_avr2019\a_red_epauffrure_et1_DSCN5466.jpgLe phénomène en sous-face du premier étage       C:\JL\Biarritz\photos_Biarritz\photos_Biarritz_epauffrures_28avr2019\photos_Biarritz_epauffrures_perso_avr2019\a_ext_sous-face_et2_DSCN5398.jpg

Et on voit bien le filet qui emmaillote les 5 étages de l’immeuble. On voit bien la grosse trame du filet, mais on ne distingue pas la maille fine sur la photo, elle est d’env 2 mm.  

6 heures et 50 minutes le 11 novembre mais c’est le 11 novembre de l’année 2020

Alors ça va. 2020, c’est loin de cette journée d’arrêt des hostilités le 11 novembre 1918. Et puis au fond très peu de temps après, il y a eu le 8 mai 1945. 2 guerres mondiales sur le sol de l’Europe dont la distance décroit avec des personnes qui ont fait les deux guerres. 6 heures 53 et je vais aller faire un petit tour au cimetière de Thonne les Prés.

Et puis cette minuscule guerre pour le haut karabagh, dont je ne sais pas grand chose…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Haut-Karabagh

Mais nous pouvons tout lire si facilement désormais !

Christian Gonson vient de m’envoyer un lien internet. je vais aller voir de quoi il s’agit ! C’est sur gmail. Il est fort concerné par ce qu’il estime être des privations de liberté.

voici le lien, je sauvegarde le texte et je vais transformer et éliminer ce qui ne me convient pas.

Cinquante ans jour pour jour après la mort du Général de Gaulle, Marion Maréchal nous délivre sa vision de cet homme complexe. Sans complaisance, ni acrimonie. Tribune.

De Gaulle est mort depuis cinquante ans. Pourtant son ombre envahissante continue de planer sur la vie politique française. Le gaullisme aurait pu sombrer dans la nécrologie politique et pourtant cet ombre fait référence, elle distribue des brevets de respectabilité aux héritiers auto-proclamés, elle demeure une boussole politique, elle organise la vie politique et scinde la droite en deux. D’aucuns continuent de faire parler le général depuis sa tombe pour interdire à certains, comme le RN, de s’emparer de cet héritage, oubliant un peu vite que l’UMP est le fruit de la fusion du RPR et de l’UDF où les anti-gaullistes étaient nombreux… 

De Gaulle fait l’unanimité, trop souvent par conformisme et par cynisme, sans que la plupart ne sachent donner les raisons  pour lesquelles ils participent de cette unanimité. Les mêmes effaceront opportunément tout ce que l’homme a pu avoir de complexe pour l’élever au rang de mythe pur, oubliant par exemple, qu’avant de le combattre, Charles de Gaulle fut aussi un ami et un admirateur de Philippe Pétain, héros de Verdun.  Sur le même sujet De Gaulle, précurseur des débats sur la question raciale

Il est vrai que de Gaulle fait figure de géant à l’aune des nains politiques qui l’ont suivi

Je n’aime pas me réfugier dans la référence au gaullisme. Pour une raison simple : son invocation permanente a malheureusement contribué, selon moi, à la vider de sa substance au même titre que les fameuses “valeurs de République”. Gauche, droite, centre, fédéralistes et souverainistes, libéraux et socialistes, tout le monde se revendique “gaulliste”, comme tout le monde s’affirme “républicain”.  Sur le même sujet [Albert] De Gaulle, intouchable ?

Il est vrai que de Gaulle fait figure de géant à l’aune des nains politiques qui l’ont suivi. Chacun y trouve de quoi l’aimer : le goût de l’indépendance nationale, la ferveur du patriotisme, l’équilibre géopolitique, la persévérance face à la barbarie, le courage de la résistance, la sobriété du style politique, la vision institutionnelle, le talent littéraire. Quiconque a lu Au fil de l’épée y découvre l’âme trempé du chef, de cette race d’Homme si particulière qui possède une connaissance intime de l’âme humaine, le goût du temps long et les grandes leçons de l’Histoire. 

La patriote que je suis ne peut rester indifférente devant les grands mérites  du Général: réussir à installer la France vaincue à la table des vainqueurs à l’issue de la Seconde Guerre Mondiale, refuser de commémorer le débarquement américain signifiant ainsi son rejet de la dépendance transatlantique, sa vision confédérale de l’Europe respectueuse des Nations, son réflexe du recours au peuple, que soit par l’élection au suffrage universel direct du Président ou le référendum. Sur le même sujet [Vidéo] “Nous allons déboulonner Napoléon et De Gaulle”: Marion Maréchal craint pour l’Histoire de la France

Une certaine idée de la France

À bien y réfléchir, peut-être faut-il se féliciter de cette communion générale en y voyant un révélateur de notre matrice culturelle commune devenue si fragile. Une référence qui fasse consensus de manière si évidente, naturelle, spontanée sans que le débat ou l’argumentation ne soit nécessaire prouve que nous sommes encore un peuple. Un peuple capable de communier autour de symboles communs et d’« une certaine idée de la France ». Une situation devenue suffisamment rare pour la relever. Du moins jusqu’à ce que cette unanimité se fracasse sur la vision racialiste des indigénistes, et de leurs acolytes intersectionnels, considérant de Gaulle comme un mâle blanc hétérosexuel catholique et raciste à jeter aux poubelles de l’Histoire avec Colbert et Napoléon. 

Bien que je sois née près de 20 ans après sa mort, je ne considère pas que Charles de Gaulle n’ait rien à nous dire, loin de là. Mais j’aborde le gaullisme de manière rationnelle et dépassionnée, d’autant plus que je ne viens pas à l’origine d’une famille politique historiquement gaulliste. Je suis par ailleurs toujours restée perplexe devant la relation quasi paternelle qu’entretiennent avec lui les fervents gaullistes nostalgiques, enfermés dans une lecture statique de la France des années soixante, analysant toujours les enjeux actuels à l’aune de la politique du Général avec l’éternel appel au Conseil National de la résistance.  Sur le même sujet Marion Maréchal : “Le djihad est lancé contre la France”

Sans la guerre d’Algérie, il est vraisemblable que les anti-gaullistes patriotes auraient été de fervents soutiens de la politique du Général

Rappelons au passage que l’anti-gaullisme de droite, lui, ne naquit pas en réaction au de Gaulle résistant, au de Gaulle de la seconde guerre mondiale, il ne puisa pas sa source dans la mise en place de la Vème République, encore moins dans la plupart des choix de gouvernement du Président.  Sur le même sujet Marion Maréchal va lancer un think tank pour “influencer les réseaux politiques”

L’anti-gaullisme de droite se cristallisa avant tout sur la question algérienne et l’abandon de ceux qui avaient choisi la France, les harkis. Certains y ajouteront, par la suite, sa passivité devant le carnage de Mers-El-Kebir et lors de l’épuration, ou encore sa cogestion avec les communistes mais c’est faire peu de cas des circonstances de l’époque. 

Sans la guerre d’Algérie, il est vraisemblable que les anti-gaullistes patriotes auraient été de fervents soutiens de la politique du Général comme, par exemple, l’extraordinaire Hélie de Saint Marc, déporté et résistant devenu putschiste avec l’OAS contre le Général. Hélie de Saint Marc qui justifia ainsi son acte devant le tribunal militaire : « Nous pensions à toutes ces promesses solennelles faites sur cette terre d’Afrique. Nous pensions à tous ces hommes, à toutes ces femmes, à tous ces jeunes qui avaient choisi la France à cause de nous et qui, à cause de nous, risquaient chaque jour, à chaque instant, une mort affreuse. Nous pensions à ces inscriptions qui recouvrent les murs de tous ces villages et mechtas d’Algérie : “L’Armée nous protégera, l’armée restera”. Nous pensions à notre honneur perdu. »

Avec le recul, j’ai appris à nuancer mon regard sur la figure du Général

Comment ne pas comprendre ? Ayant depuis toujours fréquenté cet univers des sacrifiés de la guerre d’Algérie, pieds noirs et harkis, je n’ai jamais pu rester insensible à leurs souffrances et cela m’empêcha longtemps de m’intéresser à la figure du Général. Mais avec le recul, j’ai appris à nuancer mon regard. Non pas sur la manière dont l’Algérie fut abandonnée. Je ne trouve aucune excuse au mensonge du « je vous ai compris », à l’acceptation de la violation des accords d’Evian, à la tolérance vis-à-vis des cadres du FLN venus pour beaucoup en France à la suite de l’indépendance, au sort indigne qui fut réservé aux harkis en Algérie et en métropole. 

Je parle plutôt du principe même de l’indépendance algérienne. Je finis par concéder que le Général avait vu, avant les partisans de l’Algérie française, ce qu’il adviendrait si l’Algérie restait un département français. Le dynamisme démographique algérien (preuve si il en est de l’apport sanitaire et économique de la France sur ce territoire), couplé à l’extension inexorable du second décret Crémieux, aurait mécaniquement conduit à rendre majoritaire les voix des Algériens musulmans dans notre système démocratique. 

Nous savons ce que Charles de Gaulle en pensait: « Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante?
Si nous faisons l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! »
Et d’ajouter : « Avez-vous songé que les Arabes se multiplieront par cinq, puis par dix, pendant que la population française restera presque stationnaire? Il Y aurait deux cents, puis quatre cents députés arabes à Paris ? Vous voyez un président arabe à l’Elysée ? »

La trahison des “héritiers”

Face aux louables intentions, aux souvenirs fraternels, à la fidélité du serment militaire, au rêve impérial des partisans de l’Algérie française, l’histoire donne aujourd’hui raison au Général. Malheureusement ses successeurs ne feront pas preuve de la même acuité et ouvriront grands les portes de la France à l’immigration algérienne. Sur les ruines de la guerre d’Algérie, Charles de Gaulle n’aura finalement réussi qu’à nous faire gagner cinquante ans dans cette course démographique ; n’ayant pas, pour le coup, anticipé la trahison de ses “héritiers”…

Il n’a pas imaginé que sa conduite du processus d’indépendance contribuerait à la réécriture de l’histoire et à l’inoculation du virus de la culpabilité chez les élites françaises. Le FLN ne serait pas un mouvement terroriste mais un mouvement de résistance. La gauche française, en soutien au FLN, ne serait pas l’ennemi de la République mais le défenseur des peuples opprimés. Les harkis ne seraient pas des patriotes mais des traîtres. La colonisation française, pacificatrice et pensée comme civilisatrice, deviendrait génocidaire. Pire cette repentance ira s’abreuver aux plaies de la Seconde Guerre Mondiale résumant la France à celle de Vichy et effaçant celle de Londres, des maquis et d’Afrique du Nord. 

Et la trahison ne s’arrêtera pas là. Elle se poursuivra jusque dans la violation de l’esprit même de la Vème République avec l’abandon du référendum dénoncé comme un outil démagogique, la mise en place du quinquennat, l’avènement du gouvernement des juges du conseil constitutionnel, les abandons successifs de souveraineté à l’Union européenne et aux instances supranationales. 

Cinquante ans plus tard, le Général de Gaulle est mort deux fois et la responsabilité n’en revient pas à ceux auxquels on pense. Lire les commentaires

Philippe MARQUETTE – 11/11/2020 à 03h45

De Gaulle suscite, suivant les individus, des sentiments divers. Il avait des qualités, c’était un visionnaire, il n’était pas infaillible, il le savait.
Quand on a lu ce qu’il a publié, quand on connait un peu l’Histoire de l’époque (les années 1930 et suivantes), on s’aperçoit que les conseils ont été utilisés par les allemands, notamment par le général Guderian pour les blindés, avec le succès qu’on connait à partir du 10 mai 1940.
Pour le reste, de Gaulle était seul ou presque, du moins au début.
Alors les commentaires assassins …

cagayous – 10/11/2020 à 20h41

Ce qu’ont fait de Gaulle et sa bande socialiste, les Joxe, Gorce, Baumel…en 61-62 est monstrueux. Livrer les Harkis français et des français européens aux tortionnaires et assassins du FLN, épurer l’ethnie européenne est un crime et une atteinte au Droit des peuples à disposer d’eux mêmes. Au lieu de faire un référendum sous contrôle international il a livré l’Algérie à Boumedienne qui a rééduqué par le sabre (bésif) toute une génération dans la haine de la France, génération qui tue des Français aujourd’hui. La remise de l’Algérie aux hark

cagayous – 10/11/2020 à 19h52

C’est un mythe créé par une propagande qui n’a jamais cessé depuis 1941 en faveur de cet individu Ceux qui l’ont connu pendant la 2 ème guerre mondiale de manière objective avertissaient que les patriotes regretteraient son retour en 1958. Cet individu n’avait pas assez de culture pour résoudre l’affaire algérienne. Donner l’Algérie aux terroristes FLN qui étaient en 61 le groupe minoritaire fut une erreur alors que les harkis, groupe majoritaire et les européens formaient un ensemble qui en auraient fait la 1ère puissance économique .Afficher plus de commentaires

[Exclusif] Marion Maréchal : 50 ans après, de Gaulle et la France

[Vidéo] Dans “Dossier Tabou” sur M6, Bernard de la Villardière accuse Taha Bouhafs de “diffuser de fausses informations qui alimentent la haine”

Assez rapidement et si nous n’y prenons pas garde, la pensée qui est la petite pensée de Marion, une jolie fille certes, pourrait nous influer. IL y a une valeur certaines à nous qui avons vécu, qui avons été contemporains, nous fassions appel à nos propres souvenirs.

Tout à l’heure, j’irai au cimetière, au contact d’un souvenir d’un général 2 étoiles et de ses parents. Il me semble que nous pouvons arriver à notre histoire également par d’autres histoires qui nous sont bien personnelles.